Chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice

Le but de la chirurgie plastique est de corriger des parties du corps qui présentent des anomalies par rapport à la normalité anatomique. Étant donné que la chirurgie plastique peut être pratiquée sur les organes et les tissus de toutes les structures corporelles, cette discipline se caractérise par son haut degré de multidisciplinarité. Cela signifie non seulement que le chirurgien plastique travaille avec de nombreux spécialistes d’autres domaines chirurgicaux (sénologie, traumatologie, orthopédie, chirurgie générale et vasculaire, etc.), mais qu’il existe également de nombreuses sous-spécialisations, parmi lesquelles on retrouve la chirurgie mammaire, la chirurgie de la main, la chirurgie des membres inférieurs, la chirurgie des brûlures, la chirurgie reconstructrice et la chirurgie esthétique.

Parmi les interventions de chirurgie plastique les plus fréquentes, on retrouve les opérations effectuées dans le but de remédier aux pathologies liées au vieillissement, la résection de tumeurs, l’élimination de cicatrices, ainsi que la correction de malformations.


Les techniques les plus souvent pratiquées par le chirurgien plastique sont les suivantes :
 

  • les greffes : des portions de tissus sont prélevées sur une certaine partie de l’organisme du patient. C’est la partie dite « zone donneuse » (par exemple, l’abdomen). Une fois prélevés, ces tissus sont ensuite implantés sur une autre zone de l’organisme, appelée « zone receveuse » (par exemple, la cuisse) ;
  • les lambeaux : des portions de tissus qui maintiennent une connexion avec la zone donneuse et qui sont transférés vers la zone receveuse, qui doit donc nécessairement être adjacente à celle-ci ;
  • les implants : ils sont généralement utilisés pour combler ou corriger des malformations congénitales (présentes depuis la naissance, telle que le bec-de-lièvre ou les malformations des seins ou des organes génitaux) ou acquises (à la suite d’un accident, d’un traumatisme, d’une maladie, de brûlures graves, d’interventions chirurgicales précédentes). Les prothèses mammaires sont sans aucun doute les implants les plus connus. Cependant, il existe des prothèses utilisant des matériaux similaires pour les mollets, les fesses et les pommettes. Il existe également des prothèses externes pour remplacer une partie d’un organe. C’est le cas par exemple du nez et des oreilles.

 

Parmi les sous-spécialisations les plus importantes de la chirurgie plastique mentionnées ci-dessus, la chirurgie reconstructrice est le type de chirurgie qui a pour objectif la récupération des fonctions de la zone du corps opérée. La reconstruction mammaire est un exemple classique de chirurgie reconstructrice. Il s’agit d’une intervention qui, au cours des dernières années, est devenue partie intégrante du traitement contre le cancer du sein. Même lorsqu’une mastectomie totale est inévitable, il est possible de trouver une solution qui permet à la femme de ne pas vivre cette expérience comme une mutilation, en lui redonnant par l’acte chirurgical de reconstruction un volume et une forme mammaire.

 

En chirurgie reconstructrice, l’amélioration de l’aspect esthétique des parties du corps sur lesquelles le chirurgien intervient est un objectif important, mais secondaire. En revanche, en chirurgie esthétique, l’amélioration de l’image et de la beauté du visage et du corps est la priorité. Le travail du chirurgien esthétique consiste à corriger les défauts esthétiques, plus ou moins évidents, qui peuvent avoir une influence sur l’estime de soi ou sur le bien-être psychophysique du patient, qui, à leur tour, ont une influence considérable sur la qualité des rapports interpersonnels. Parmi les imperfections les plus souvent corrigées par le chirurgien esthétique on retrouve les inesthétismes causés par le vieillissement, principalement au niveau du visage. Le lifting du visage est donc l’une des interventions les plus fréquentes, mais on retrouve également l’augmentation ou la réduction mammaire, la liposuccion, la rhinoplastie (amélioration de l’aspect esthétique du nez) ou l’otoplastie (correction des « oreilles décollées » ou d’autres inesthétismes de l’oreille). L’objectif final est d’obtenir ou de rétablir une harmonie des formes qui soit esthétiquement agréable et la plus naturelle possible.